État de catastrophe naturelle reconnu pour 20 communes du Nord.

Le journal officiel a publié ce matin la liste des communes du Nord retenues pour obtenir un état de catastrophe naturelle au titre de mouvements de terrains dûs surtout à la sécheresse de l’été et de l’automne 2018. Les habitants dont les maisons avaient été impactées ont désormais dix jours pour se rapprocher de leur assureur.

 

 

Seules vingt communes du département du Nord sur soixante-quinze en ayant fait la demande viennent d’obtenir l’état de catastrophe naturelle pour la sécheresse de l’été et de l’automne 2018 et des mouvements de terrain consécutifs. De nombreux habitants de la région s’étaient depuis retrouvé avec des fissures dans leur logement et des devis de réparations à plusieurs milliers d’euros. Or seul un état de catastrophe naturel permet de faire jouer la garantie auprès de son assureur.

Les communes qui ont eu la chance d’être retenues sont Anor, Le Favril, Fourmies Berlaimont, Bollezeele, Boussois, Eringhem, Maroilles, Maubeuge, Millam, Oost-Cappel, Pitgam, Quaëdypre, Rexpoëde, Socx, Winnezeele, Wormhout, Zuydcoote. S’ajoutent à cette liste Anzin et Bondues, qui ont obtenu ce vendredi leur classement au titre de mouvements de terrain mais non imputables à la sécheresse.

Ces communes s’ajoutent aux 11 déjà retenues dans le Pas-de-Calais le 16 juillet dernier, à savoir Ardres, Bayenghem-les-Éperlecques, Coquelles, Desvres, Éperlecques, Guemps, Hesdin-l’Abbé, Menneville, Rinxent, Samer, Zutkerque.

« Bonne nouvelle »

« Je suis satisfait, j’étais devant mon ordi tôt ce matin pour regarder le site du Journal officiel. C’est une bonne nouvelle pour les habitants dont les maisons se sont fissurées », a réagi Dominique Quinzin, maire de Maroilles, qui avait déposé un dossier auprès des services de l’État pour une quinzaine de maisons dans sa commune. « Nous avons prévu une communication toutes boîtes pour que les gens se manifestent désormais auprès de leur assureur. Ils ont dix jours pour le faire. »

Dix jours pour contacter son assureur

En effet, si vous constatez des fissures sur votre logement que vous attribuez aux mouvements de terrain consécutifs à la sécheresse et que vous habitez l’une des communes retenues par l’état de catastrophe naturelle, vous disposez de dix jours pour contacter votre assureur afin d’obtenir le passage d’un expert qui évaluera la situation. Il existe heureusement un recours possible en cas de retard (ce qui peut s’avérer utile quand l’état de catastrophe naturelle est reconnu en plein mois d’août !). L’Association nationale des assurés sinistrés sécheresse (1) peut vous conseiller.

 

Si ces fissures sont récentes et plutôt attribuables à l’épisode de sécheresse de cette année, il faut contacter votre mairie qui est habilitée à déposer un dossier d’état de catastrophe naturelle. Vous pouvez en parallèle faire des demandes de devis de réparations. N’engagez des travaux que s’il y a urgence et danger potentiel.

(1) Contact Anass secheresse.anass@gmail.com

Source : La Voix Du Nord (Christian CANIVEZ) Le 9 août 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *